J’aime les villes bordéliques. Rationnellement parlant, notre relation est gratuite. Je ne leur dois rien et elles n’attendent en retour rien de moi, et surtout pas que je les juge. Le bordel, c’est l’anti-conformisme de l’humanité.

Mauvais lieu, mauvais angle, plus de lumière, juste une dernier rayon de soleil dans le dos, presque déjà au ras du bitume pour quelques minutes encore.

Je suis une espèce de dinosaure de l'époque où la lumière et surtout l’ombre définissait un statut.

Donner du champ, de l’air, un peu de ce souffle même léger qui permet de respirer.

Glaucon: Voilà, un étrange tableau et d'étranges prisonniers. Socrate: Ils nous ressemblent. Penses-tu que dans une telle situation ils n'aient jamais vu autre chose d'eux mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face ?

En prenant mes boîtiers ce matin là, l’on m’explique qu’une demi-douzaine d’enfants jouaient dans la cour de leur immeuble avant qu’un obus de mortier...

« J’ai peur de », « j’ai envie de», des équations simples qui régissent l’ensemble de nos relations

« En amour, rien ne se fait de loin » nous enseignait Marivaux, et c’est exactement la même chose dans cette relation visuelle au monde qui est le nôtre. Photographier, c’est d’abord comprendre nos tabous, puis oser les affronter ou du moins apprendre à les dépasser.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.